20 minutes – Le casse-tête du compost des déchets végétaux

20 minutes – Le casse-tête du compost des déchets végétaux

20 minutes – Le casse-tête du compost des déchets végétaux

Les autorités misent sur les habitants pour trier leurs ordures. Avec quantité de subtilités peu pratiques.

storybild
A Lausanne, se débarrasser de ses détritus n’est pas une mince affaire. On est censé faire le tri entre déchets végétaux cuits et crus. Et il faut vider à la main son sac plein d’ordures organiques dans le container, pour faciliter le travail des compostières. Celles-ci abhorrent les sachets non biodégradables. De plus, il faut jeter séparément les restes carnés dans son sac poubelle ordinaire, taxé, en raison des filières de tri différentes: soit le compostage soit la méthanisation (biogaz).
«C’est trop compliqué, on ne facilite pas la vie des Lausannois!» Ingénieur et élu Vert dans la capitale vaudoise, Vincent Rossi est agacé par la problématique du tri de ces déchets ainsi que des sacs non biodégradables que «le lobby du plastique en Suisse continue à imposer.» Déposé au conseil communal en septembre 2014, son postulat intitulé «Déchets compostables: sortir du bourbier» vient d’obtenir une réponse de l’Exécutif, débattue ce mardi soir. Elle tombe cependant au moment où la nouvelle majorité du Conseil National (à Berne) a refusé d’entrer en matière de la proposition du député Dominique de Buman (FR/PDC) d’interdire les sacs plastiques. Or, la Municipalité lausannoise comptait sur une législation fédérale en la matière…

Lire l’article