0-Artikel

ARE OUR TOTE BAGS REALLY AS GREEN AS WE THINK?

All over the world, they are replacing plastic bags. But from an ecological point of view, it is not clear that the tote bag is a miracle solution. Unless you reuse it very regularly.

You pick up one when you visit a museum, another when you make a donation to a charity, a third at a concert, a fourth in a bookshop, a fifth in a clothes shop and yet another when you order from an online shop. Try to count your own, you’ll probably end up with more than ten. Or even twenty. Or even more.

The tote bag – a canvas or fabric bag with two handles, often printed and personalised – has invaded our daily lives. A market estimated at 40 and 50 million pieces per year in France, says Yves Dubief, president of the Union of Textile Industries (UIT) to BFMTV.com. Also CEO of Tenthorey, a textile company in the Vosges, he says he produces 4 million pieces a year – including those sold by the Elysée Palace shop.

The market has exploded in France since 2017 and the ban on free single-use plastic bags. “There was a big boom at that time with production increasing sixfold,” continues the Tenthorey executive. “Since then, the market has reached a plateau even though it is still slightly increasing.”

An “ecological alternative”?

Etymologically, the word “tote bag” comes from the English “tote” which means “to carry”. It is the descendant of the German jute bag favoured by environmental activists in the 1970s, as recounted in Karambolage, the Arte programme on Franco-German culture. Over the past fifteen years, it has become an indispensable item, offered as goodies or set up as a real fashion accessory. Even the big names in luxury goods, such as Chanel, have taken to it.

Above all, it is regularly presented as a much greener option than plastic bags. Tenthorey, for example, boasts of a “citizen bag”, presented on the brand’s website as a “real ecological alternative” that is part of a “responsible production and consumption logic”. But the energy bill for most tote bags is actually quite high.

According to the UN, the fashion industry alone is responsible for 8% to 10% of carbon dioxide emissions, more than international flights and shipping combined. As for the water footprint, the textile industry is the third largest consumer in the world, after wheat and rice cultivation. Not to mention the use of pesticides and fertilisers – cotton farming uses 4% of the world’s nitrogen and phosphorus fertilisers, according to Ademe in its memo La Mode sans dessus-dessous.

“We must look at the entire life cycle of the product,” Nolwenn Touboulic, an engineer in charge of textiles, paper and cardboard, wood and plastics in water at Ademe, told BFMTV.com. “It’s a whole chain whose impacts must be looked at.”

From the production of raw materials – 70% of synthetic fibres come from oil – to processing – which requires energy consumption – via manufacturing – with the use of polluting dyes – and then transport and distribution. Then the user may have to wash it, and washing releases micro-fibres – some 20% of water pollution is attributable to the dyeing and treatment of textiles, according to Ademe. And finally the end of life.

“All this so that it ends up at the bottom of a cupboard or in the bin”, deplores Marine Foulon, representative of the Zero Waste France association, for BFMTV.com. Eight out of ten textiles are in fact thrown away and end up in landfills or incinerators.

The other problem with the tote bag is its low recycling potential. Only 12% of fashion items sold in France are recycled and less than 1% of the fabrics that make up our clothes are recycled. “The tote bag could be a solution if its use was sustainable, if it did not end up being thrown away and if it was designed to minimise its impact on the environment,” says Nolwenn Touboulic of Ademe.

She mentions undyed models, made in France with recycled materials or fabric scraps. But for Marine Foulon, from Zero Waste France, recycling is far from a panacea.

“It’s not a miracle solution. You still have to transport the textiles, sometimes to take them abroad because there are few channels, and again use energy and chemicals to transform them. It doesn’t make sense.

Yves Dubief, the CEO of Tenthorey – which supplies supermarkets, local authorities and cultural institutions – defends his product. Its cotton is woven in France and the printing and screen-printing are also done in France. It also specifies that 10% of its bags are made from recycled cotton.

“On recycled cotton, the growth is 50% per year knowing that we started from zero. Our bags are not for single use: distributors sell them. It’s not a waste.

But according to the French Environment and Energy Management Agency (Ademe), which compared the life cycles of bags used for packaging fruit and vegetables (without taking into account the abandonment of plastics in nature), a tote bag would have to be used at least 40 times for it to be more virtuous than plastic bags. In another study, which takes more factors into account, the UK Environment Agency suggests a minimum of 173 uses.

A more recent study by the Danish Environmental Protection Agency goes even further. By looking at more effects, including the impact on the ozone layer, it estimates that 7100 reuses would be needed to offset the total environmental cost of the tote bag. Even more for organic cotton bags: 20,000 reuses. This would mean using the same bag, every day, for almost fifty-five years.

For Marine Foulon, from Zero Waste France, if the tote bag can indeed represent an alternative to the plastic bag, it is only if it is used and reused regularly. And to have only one or two.

“The problem, like many other alternatives to single-use products such as the water bottle, is that they are multiplying,” she told BFMTV.com. “They come in all shapes and colours. But replacing a single-use product with one that is only used once or twice is far from being ecological.”

Céline Hussonnois-Alaya, BFMTV journalist

BIOAPPLY – CLEANTECHALPS

BioApply was founded in 2006 and quickly became involved in the fight against single-use plastic. Thanks to our close relationship with our partners, we quickly became the Swiss specialist in compostable and biodegradable solutions, replacing in particular single-use plastic.

BioApply solutions are compostable and allow to set up a virtuous circle from the point of sale to the home compost or industrial compost bin. They allow shopping, then to be used for a simple, efficient and hygienic organic waste sorting, to finally contribute to a higher quality biomass input for compost or for biomethanization.
Since 2013, BioApply has also been offering specific solutions for organic waste sorting, at the communal, regional, but also at home level.
BioApply launches in 2016 the BioPaper range, the first range of treated paper products with all the sustainable characteristics and certifications to fit the composting and recycling channels. A unique technology that is ideal for all food businesses.
In 2019 and 2020, BioApply continues to expand its range to meet the growing needs of the market. Thus, a logistic range and a qualitative bag made of kraft paper and recycled herbs are expanding the family of BioApply solutions.
To bring its experience to any new sustainable project, BioApply is also launching its “BioApply Service” in 2020. Invested in biobased innovations and enhanced end-of-life product models since our creation, we leverage our 15 years of experiences to accompany all our customers in the development and implementation of tomorrow’s sustainable solutions.

Contact

Rue Riant Coteau 9
1196 Gland (VD)

Phone: +41 (0) 22 311 88 11
Fax: +41 (0) 22 311 88 92
info@bioapply.com
http://www.bioapply.com

Link to article here

Les packagings BioApply

Les packagings BioApply

Depuis 2006, Bio Apply est spécialisé dans les solutions packaging durables en proposant des produits biodégradables et compostables. Ces packagings sont destinés aux maraichers, dans le domaine de la santé, de la culture, du retail, des métiers de bouche et pour le secteur public et facility management.

Découvrez notre interview de l’entreprise pour en savoir davantage :

  • Pourquoi avoir choisi de partir sur une/des alternative(s) au plastique ? 

Le plastique à usage unique est souvent une aberration, un non-sens, un vestige du passé. Des alternatives durables et tout aussi fonctionnelles existent.

Au-delà de remplir le rôle préalablement tenu par le plastique usage unique, ces dernières permettent la mise en place de systèmes de distribution, de tri et de fin de vie plus vertueuse.

  • Est-ce depuis le début ou avez-vous réalisé une transition écologique ?

Nous avons lancé le projet BioApply en 2006 avec pour mission principale le combat contre la pollution plastique et le développement d’alternatives véritablement durables et pragmatiques. Si l’écologie est au cœur de notre ADN comme de notre mission, cela ne nous a pas empêchés également de faire notre « transition écologique ». Nos solutions, nos produits et les matériaux ont évolué. Nous sommes passés d’une notion de biodégradable à celle beaucoup plus significative de « compostable ». Nous avons su intégrer les systèmes et les flux retail avec la gestion des déchets organiques. Enfin, les solutions réutilisables comme celles pour le vrac sont venues compléter notre évolution.

  • Comment vous est venue l’idée ?  

Frederic Mauch (Fondateur). En 2005, l’un de mes projets consistait à développer et à produire des accessoires, notamment des tongs. Celles-ci étaient produites en Asie du Sud Est, à partir de matériaux fossiles, pour être « consommés » eu Europe et Aux États-Unis. Ces produits à la durée de vie limitée étaient utilisés le temps d’un été avant d’être jetés pour finir soit en incinération, soit en pollution dans la nature.

Partant du constat du besoin comme de la demande pour des produits plastiques à usage unique, j’ai réfléchi à des alternatives répondantes à ce besoin tout en ayant un impact environnemental maîtrisé.

Nous avons ainsi lancé le projet BioApply avec des sacs compostables, avant de développer notre technologie propriétaire pour des applications injectées et thermoformées comme les tongs notamment.

  • Pouvez-vous nous en dire plus sur vos produits/prestations? 

Matières compostables : 

Les sacs compostables sont fabriqués à partir de biopolymères, c’est-à-dire des polymères d’origine végétale. C’est l’amidon qui est principalement utilisé comme base, notamment à partir de végétaux issus de culture non destinée à la consommation humaine, comme par exemple le maïs, la pomme de terre  ou encore le chardon (tous non modifiés génétiquement) et de copolyesters. L’ensemble de la matière produite a été formulée pour être bioassimilée via le compostage, sans libérer de toxicité, conformément à la norme européenne EN 13432, répondant également aux certifications TÜV (les certification TÜV sont OK COMPOST qui est un label écologique et informe que les matières et les produits sont compostables. Le produit est compostable dans une installation industrielle. La deuxième certification TÜV est OK HOME COMPOST pareil que OK COMPOST mais la différence réside dans la façon de composté. Pour OK HOME COMPOST, le produit peut être composté au domicile. Les deux certifications informent également que le produit ne contient pas de substances nocives. De plus, ces certifications sont pour les emballages.)

Les encres utilisées sont aussi certifiées et ne présentent aucun risque pour les sols. Pour des raisons écologiques, BioApply recommande cependant de limiter l’impression à 30% maximum de la surface imprimable.

Le touché des solutions biopolymères est doux, agréable, et se distingue du plastique par son rendu très nature.

Engagée dans une démarche durable, BioApply s’engage à toujours maximiser la teneur en biosourcé, dès que cela est possible.

Note : Selon European Bioplastics, la surface agricole utilisée pour la culture de matières premières utilisées pour les bioplastiques correspond à seulement 0,01 % de la surface agricole cultivable mondiale. Une telle production n’entre donc aucunement en concurrence avec la production alimentaire.

Fibre de Bois

BagNature et Babag sont confectionnés à partir d’une matière première d’origine naturelle: la fibre de bois. Certifié durable, le bois utilisé provient d’Europe centrale et d’Europe de l’ouest, dont la Suisse. Grâce à une gestion durable et une utilisation de bois provenant uniquement de l’élagage, les forêts se régénèrent mieux. Aucune reforestation ni aucune irrigation ne sont donc nécessaires.

Dans le processus de production, le bois est réduit en copeaux afin d’en prélever la cellulose. Cette dernière sera transformée en matière résistante et élastique, utilisée et tissée pour la réalisation de filets.

Le touché et le rendu visuel se rapprochent du coton même si la fibre de bois est nettement supérieure en termes de bilan écologique.

100% renouvelables, les solutions fibre de bois sont également biodégradables.

BaBag

PLA

La famille de produits « Rebag » est réalisée en tissu « non woven spunbond » composé à 100% de PLA (acide polylactique est un bioplastique qui est composé d’amidon de maïs). Doté d’excellentes propriétés, au toucher proche du PP recyclé, le spunbond PLA est la matière biodégradable souple la plus résistante de la gamme.

Grâce à sa composition, le Rebag est ainsi une solution certifiée TÜV OK Compost Industrial, ce qui signifie qu’il est 100% compostable dans un environnement de compostière industrielle.

Son rendu et son touché inspirent la qualité et la robustesse. De par sa résistance, le Rebag pourra être utilisé de nombreuses années avant d’être transformé naturellement en compost.

ReBag

BIOPAPER

Les solutions BioPaper représentent une forte innovation écologique dans l’univers du food. Composés de papier provenant uniquement de forêts PEFC, les sachets et feuilles BioPaper sont à la fois compostables et recyclables, grâce à un traitement unique en cire végétale remplaçant le plastique tout en créant une barrière naturelle contre l’humidité et le gras. Les solutions BioPaper sont ainsi idéales pour remplacer l’ensemble des solutions papier co-extrudées avec du plastique, qui, malheureusement ne peuvent être recyclées et finissent par être incinérées.

Pouvant être développée sur mesure, cette technologie peut être associée au PLA, notamment en cas d’ajout de fenêtre sur un sachet par exemple.

Cette solution est certifiée TÜV OK Home compost. Elle peut être compostée à la maison, comme être recyclée avec les papiers et cartons.

BioPaper

MÉLANGE PAPIER ET HERBES RECYCLÉS

La matière composant le BioGrass est une réelle innovation; composée de kraft recyclé certifié durable, et d’herbes sèches (+25%), elle est une réelle alternative écologique aux sacs kraft standards.

Très répandus, ces sacs cabas en papier kraft sont, en effet, encore trop souvent non recyclés, non certifiés ou encore produits avec des encres et colles contenant des solvants.

100% recyclable et biodégradable, grâce à une composition sans aucun solvant (encres et colles), la matière utilisée pour les BioGrass conforte votre démarche en faveur de l’environnement.

Le rendu visuel et le touché se distinguent des solutions papiers classiques. Chaque production et chaque sac sont uniques.

BioGrass

  • Qui sont vos clients ? 

Nous travaillons avec clients de secteurs différents : les pharmacies, les magasins des habits, les fermes, les musées, les villes et les communes, etc.

  • Comment ça a été possible ? et quelle a été votre méthode de travail? 

Nous sommes convaincus depuis le début de notre projet que les innovations matières, design et système de gestion des déchets peuvent aboutir à une nette amélioration écologique. Notre engagement en est le moteur.

Notre méthode de travail consiste à toujours chercher à optimiser nos solutions au travers d’innovations tout en prenant en compte le besoin du marché comme de nos clients.

Notre gamme de produits est en constante itération, nous n’hésitons pas à sortir ou à remplacer un produit si une meilleure alternative existe.

  • Avez-vous eu des freins? 

Nous avons été confrontés à des pressions importantes de la part de lobby des secteurs plastique et grande distribution via des actions légales, parfois même politiques.

Aujourd’hui, ces freins sont beaucoup moins présents.

  • Quels sont les leviers de réussite? 

Une vision sincère, la persévérance et l’honnêteté.

  • Quelles sont vos next steps (sur les 5 ans à venir) ? 

Notre objectif à 5 ans est d’étendre le projet BioApply au niveau européen. Nous souhaitons poursuivre l’évolution de notre gamme de produits tout en renforçant notre R&D en termes de biopolymères et notre service

Rebag Pharmacie

 

By Laurine Laval

Lien vers l’article: https://www.greenybirddress.com/les-packagings-bioapply

Pharmacieplus – Interview Frau Chapuisat

Guten Tag, Frau Chapuisat,

Sie sind die Marketingleiterin von Pharmacie Plus, einem der Hauptakteure im Apothekensektor in der französischen Schweiz mit fast 150 Standorten, die das Label nutzen. Pharmacie Plus hat sich schon sehr früh für kompostierbare Beutel und Tragetaschen entschieden und vertraut seit 2012 auf BioApply. Was hat Pharmacie Plus dazu veranlasst, auf kompostierbare Beutel umzusteigen, und warum BioApply?

Das ist schon lange her. Pharmacie Plus hat schon immer einen ökologischen und lokalen Ansatz verfolgt. Als wir auf der Suche nach einer weniger umweltbelastenden Lösung als Plastik waren, überzeugte uns das BioApply-Team mit seinem Fachwissen, seiner Begeisterung und seiner Nähe. Die Qualität ihrer Produkte und ihr Kundenservice haben uns die Treue gehalten.

Aber in den 10 Jahren, in denen wir zusammenarbeiten, muss es doch einige Probleme gegeben haben?

Es ist zwar schon vorgekommen, dass eine Produktion Mängel aufwies, aber das war die Ausnahme. Und BioApply hat immer alles getan, um Probleme so schnell wie möglich zu lösen.

Was erwarten Sie von einer Pharmacie Plus Tasche?

Er muss die Erwartungen meiner Kunden erfüllen: ausreichende Opazität für Diskretion, ausreichende Tragfähigkeit, um die darin enthaltenen Produkte transportieren zu können. Wir freuen uns, mit dem 2. Einsatz für die Bioabfallsammlung einen Mehrwert bieten zu können.

Wie sehen Sie die Zukunft der flexiblen Verpackung in der Pharmazie?

Wir sind von der Politik abhängig und passen unsere Politik bei Bedarf an. Im Moment ist die Tasche ein Service, den wir unseren Kunden anbieten und ein interessantes Marketinginstrument. Es verleiht Pharmacie Plus eine gute Sichtbarkeit im öffentlichen Straßenverkehr. Es ist auch zu einer Plattform für die Zusammenarbeit geworden, wie bei unserer Tasche, die mit Mepha hergestellt wurde.

Sie kaufen auch regelmäßig “Rebag”-Taschen. Was ist der Zweck der ultra-resistenten Tasche?

Auch in Apotheken gibt es sperrige und relativ schwere Produkte, für die Umhängetaschen oder ausgeschnittene Griffe nicht geeignet sind. Der Rebag deckt diesen Bedarf.

Im Jahr 2020 riefen Sie BioApply auch dazu auf, ein Jahresendgeschenk zu erstellen, das die Apotheken des Netzwerks an ihre Kunden verteilten. Wie haben Sie sich für BagNature entschieden?

Jedes Jahr versucht das Team, eine praktische, ökologische Idee zu finden, die Sinn macht. Wir haben die Obst- und Gemüsetasche als interessante Idee erkannt und bei BioApply das perfekte Material gefunden. Das Feedback aus dem Netzwerk und von den Kunden war hervorragend. BioApply sorgte dafür, dass die Beutel trotz der komplizierten logistischen Rahmenbedingungen aufgrund der Pandemie rechtzeitig zu den Feiertagen zur Verfügung standen.

Wie sehen Sie die zukünftige Zusammenarbeit?

Ich zähle darauf, dass BioApply weiterhin ökologisch verantwortungsvolle, qualitativ hochwertige Verpackungen und Produkte zum fairen Preis anbietet.

 

Genève: Pas de taxe au sac, mais une volonté d’augmenter le tri et le recyclage

Seul canton refusant la taxe au sac, Genève s’attache à augmenter sa part de déchets triés et recyclés. Avec l’ensemble des communes du canton, une nouvelle compagne de tri des déchets de cuisine est lancée. Celle-ci se traduit par une distribution gratuite de la P’tite Poubelle Verte accompagnée de sacs compostables. Depuis 2016, c’est 180 000 poubelles qui ont été distribuées gratuitement aux ménages, afin qu’ils privilégient le tri des déchets organiques.

Objectif du canton: parvenir à 60% de recyclage des déchets urbains d’ici 2030.

Découvrez les articles de presse sur le sujet:

“La tendre obstination de Genève pour la petite poubelle verte”

*Sans taxe au sac, les Genevois devront recycler davantage”

“Genève lance une nouvelle campagne pour le tri des déchets de cuisine”