Article 0

Pharmacieplus – Interview de Mme Chapuisat

Bonjour Mme Chapuisat,

Vous êtes responsable marketing de Pharmacie Plus, un des principaux acteurs de la pharmacie en Suisse Romande, avec près de 150 emplacements utilisant le label. Pharmacie Plus a misé très tôt sur les sacs & cabas compostables, et a fait confiance à BioApply dès 2012. Qu’est qui a incité Pharmacie Plus à passer sur le compostable, et pourquoi BioApply ?

Cela commence à dater en effet. Pharmacie Plus a inscrit tôt dans sa démarche l’écologie et la proximité. Quand nous avons cherché une solution moins polluante que le plastique, l’équipe BioApply nous a convaincu par leur expertise, leur enthousiasme et leur proximité. La qualité des produits et le service client ont fait que nous sommes restés fidèles.

Pourtant, en 10 ans de collaboration, il a dû y avoir des couacs ?

Il a en effet pu arriver qu’une production présente des défauts, mais cela a été l’exception. Et BioApply a toujours fait le maximum pour régler les problèmes dans les meilleurs délais.

Qu’attendez-vous d’un sac Pharmacie Plus ?

Il doit répondre aux attentes de mes clients : opacité suffisante pour la discrétion, capacité de charge suffisante pour pouvoir transporter les produits qu’il contient. Nous sommes ravis de pouvoir offrir de la valeur ajoutée avec le 2e utilisation pour la collecte de déchets organiques.

Comment voyez-vous le futur du packaging souple en pharmacie ?

Nous sommes tributaires du politique et adaptons notre politique le cas échéant. Pour le moment, le sac est un service que nous fournissons à notre clientèle et un support marketing intéressant. Il assure une belle visibilité à Pharmacie Plus sur la voie publique. C’est d’ailleurs devenu une plateforme de collaboration, comme avec notre sac réalisé avec Mepha.

Vous achetez aussi régulièrement des cabas « Rebag ». Quelle est la vocation de sac ultra résistant ?

Il y aussi en pharmacie des produits encombrants et relativement lourds, pour lesquels les sacs bretelle ou les poignées découpées ne sont pas adaptés. Les Rebag couvrent ce besoin.

En 2020, vous avez également fait appel à BioApply pour réaliser un cadeau de fin d’année que les pharmacies du réseau ont distribué à leur clientèle. Comment le choix s’est-il porté sur le BagNature ?

Chaque année, l’équipe essaie de trouver une idée pratique, écologique, et qui ait un sens. Nous avions identifié le sac fruits& légumes comme une piste intéressante, et avons trouvé la matière parfaite chez BioApply. Le retour du réseau et des clients a été à la hauteur. BioApply a assuré la mise à disposition à temps pour les Fêtes, malgré un contexte logistique compliqué du fait de la pandémie.

Comment voyez-vous la collaboration future ?

Je compte sur BioApply pour continuer à fournir des emballages et produits écologiquement responsables, qualitatifs et au juste prix.

Genève: Pas de taxe au sac, mais une volonté d’augmenter le tri et le recyclage

Seul canton refusant la taxe au sac, Genève s’attache à augmenter sa part de déchets triés et recyclés. Avec l’ensemble des communes du canton, une nouvelle compagne de tri des déchets de cuisine est lancée. Celle-ci se traduit par une distribution gratuite de la P’tite Poubelle Verte accompagnée de sacs compostables. Depuis 2016, c’est 180 000 poubelles qui ont été distribuées gratuitement aux ménages, afin qu’ils privilégient le tri des déchets organiques.

Objectif du canton: parvenir à 60% de recyclage des déchets urbains d’ici 2030.

Découvrez les articles de presse sur le sujet:

« La tendre obstination de Genève pour la petite poubelle verte »

*Sans taxe au sac, les Genevois devront recycler davantage »

« Genève lance une nouvelle campagne pour le tri des déchets de cuisine »

Votation « Entreprises responsables »: la mise en place d’une traçabilité par BioApply

Suite à la votation fédérale sur les « Entreprises Responsables », la Chambre Vaudoise du Commerce et de l’Industrie (CVCI) a organisé le 4 décembre un Webinar sur les implications d’une telle votation.
Sur un marché toujours plus demandeur d’engagements et de transparence, la RSE des entreprises est maintenant au cœur des débats.
Pourquoi une entreprise devrait-elle miser sur plus de transparence? Comment peut-elle implémenter des pratiques de transparence dans ses chaînes de valeur?
Le consom’acteur toujours plus averti et exigeant est demandeur de transparence afin d’être informé sur la production des produits qu’il utilise ou consomme.
L’équipe Product DNA, accompagnée de Frederic Mauch, fondateur de BioApply, revient sur l’importance de la traçabilité et de la transparence pour les entreprises, et leur apportent des solutions présentées via des cas concrets.
Découvrez la vidéo

Pandemie stärkt Trend hin zu Bioplastik

Die besonderen Eigenschaften von Kunststoff machen das Material in Corona-Zeiten wieder beliebt. Doch Plastikmüllberge müssen dennoch nicht wachsen. BioApply-Gründer Frederic Mauch sieht in der Krise auch wachsendes Interesse an Alternativen.

Zum Artikel

Covid-19 et environnement

La période pré COVID-19 marque une rupture importante depuis que ce fléau a frappé le monde dans sa globalité. Les enjeux environnementaux, l’adoption de nouvelles solutions durables, les restrictions sur le fossile, sont subitement revus et remis en question.

Dans le contexte de la crise sanitaire, le plastique à usage unique parviendra-t-il à nous faire revenir 10 ans en arrière ? Le lobby plastique n’a pas perdu de temps pour y voir une brèche et un potentiel retour à l’âge d’or du packaging plastique. Dans plusieurs pays, régions, des demandes d’annulation de l’interdiction du sac plastique sont en cours. C’est un risque auquel nous devons rester attentifs et apporter les réponses viables et durables. Les solutions compostables en sont d’autant plus pertinentes, assurant les aspects hygiène tout en ayant un bilan écologique et un impact favorable.

Pourtant, les questions sanitaires depuis le COVID-19 ne peuvent  être traitées aux dépens des enjeux environnementaux auxquels nous restons confrontés. Mettre de côté les objectifs environnementaux sous prétexte d’urgence économique et sanitaire, c’est avoir une politique manquant de vision. Ils ont, en effet, de nombreux points communs, et potentiellement des solutions convergentes. Le commerce d’animaux sauvages, les déforestations, l’industrie du voyage et tourisme de masse low cost, la pollution de l’air et sa corrélation avec l’aggravation des symptômes COVID sont des enjeux communs. Les solutions partagées: réglementation du commerce d’animaux sauvages, rationalisation du transport de personnes avec des prix prenant en compte le coût écologique et des conditions de voyage humaines et adaptées à un minimum d’espace social, la poursuite de la politique de réduction de pollution (particules) et d’impact CO2, le développement du home office et le report d’activités demandant de nombreux déplacements vers des solutions collaboratrices en ligne, le remplacement progressif du plastique usage unique par des solutions compostables ou réutilisables.

Et pourtant, le monde connait désormais une nouvelle vague de produits plastiques jetables, générant d’énormes quantités de déchets plastiques. Des gants jetables, des masques, des films plastiques, des sacs, finissent tous par rejoindre les 8 millions de tonnes annuelles de déchets plastiques qui se déversent chaque années dans l’océan, devenant un leurre pour la faune ou se décomposant progressivement en microplastiques.

Pourtant, un tel équipement sanitaire semble vital et nécessaire pour lutter contre la propagation du virus. Une meilleure gestion en fin de vie de ce nouveau flux de déchets est essentielle, ainsi que le développement d’alternatives biosourcées, biodégradables et compostables.

Depuis 2006 et le lancement de BioApply, nous avons participé tour à tour au combat toujours plus engagé contre le packaging plastique, puis progressivement à la tendance vers le zéro packaging, le vrac et le réutilisable durable.

Le sac compostable est une fois encore le rempart pour éviter un retour au plastique. BioApply entend également étoffer sa gamme de produits biosourcés, sourcés en Europe et traçables, pour les fonctions d’hygiène. Depuis ce mois de mai, les gants biodégradables pour le contact alimentaire et le retail sont disponibles. Outre leur fonctionnalité première, ils ont l’avantage d’avoir un impact CO2 meilleur et une transparence sur toute la chaîne. La crise du COVID-19 fait aussi apparaitre une nouvelle tendance, une forte demande pour les produits de proximité, du terroir, traçables et vérifiés. Les consommateurs ont plus que jamais besoin de produits sourcés, non plus globalement, mais le plus localement possible. Ils veulent tout savoir sur ces produits, et dans la foulée sur les supports packaging. D’où viennent-ils? Leurs arguments marketing sont-ils sincères ? Leurs certifications, sont-elles valables ?

BioApply travaille depuis 10 ans déjà avec la plateforme Product DNA et la traçabilité respect-code.org. Désormais, l’essentiel des solutions, que ce soit pour le retail ou la gestion des déchets, est traçable. Un exemple : http://www.respect-code.org/225ZWUW

Enfin, depuis le COVID-19, BioApply Services, notre volet product development, nous remarquons une nette augmentation de la demande pour des projets de développement de solutions compostables et biosourcées. Ceci est apparent dans des domaines très variés. Il y a certainement l’impact d’une activité opérationnelle réduite et donc davantage de temps pour les projets stratégiques. Mais peut-être y a-t-il une accélération de la transition vers des modèles durables et vers une société plus en harmonie avec son environnement.

Par Mr F. Mauch